Nos agriculteurs :

Visite à Hovelange

Partager sur facebook
Partager sur pinterest

Claude Loutsch

Chaque année, l'élevage porcin de la famille Loutsch voit naître quelque 10 000 porcelets. Il est également procédé à l'engraissage de près de 1 500 animaux au sein de l'exploitation, tandis que les autres porcelets de qualité sont vendus à une ferme d'engraissement au Grand-Duché. L'ensemble de la production répond au cahier des charges de la « Marque Nationale Lëtzebuerger Schwéngefleesch ». Les 300 truies reproductrices productives de l'exploitation sont réparties en cinq groupes. Toutes les quatre semaines, 60 truies sont couvertes et mettent bas ensemble presque quatre mois plus tard. « De cette façon, nous obtenons les lots de 720 à 800 porcelets requis par l'engraisseur », explique Claude Loutsch.

Trois à quatre heures sont nécessaires quotidiennement pour nourrir les porcs et les contrôler. La famille gère l'ensemble de la charge de travail avec l'aide d'un employé. Sur une superficie de près de 50 hectares, elle cultive du blé panifiable et des plantes énergétiques à destination de la coopérative Biogas Beckerich, dont elle est un membre actif depuis 16 ans.

Même si le métier d'agriculteur lui procure fondamentalement beaucoup de plaisir, Claude Loutsch se sent parfois désabusé par les conditions et les circonstances dans lesquelles il doit l'exercer. « Lorsque je me suis lancé dans cette activité passionnante il y a 20 ans, après avoir terminé l'école et effectué un stage de neuf mois à l'étranger, j'aspirais à fonder une exploitation qui me permettrait de gagner ma vie décemment, même au Luxembourg. Je pense avoir atteint mon objectif, mais malheureusement, il n'est presque plus possible de gérer une production porcine rentable dans notre région en raison des conditions en perpétuel changement, de la rareté des terres et de la pression qui en résulte, mais aussi du dumping sur les prix exercé par la grande distribution alimentaire », s'inquiète Claude Loutsch.

Convaincu de l'excellence de son élevage et de la qualité de ses porcs, résultat d'un travail acharné abattu au sein de son exploitation, Claude Loutsch propose également sa viande en vente directe au « Fierkelshaff ». Les réactions positives des clients satisfaits l'encouragent à poursuivre sur sa lancée.

Pourquoi privilégier les produits régionaux ?

En achetant de la viande issue de la région, le client soutient les exploitations agricoles et les entreprises artisanales qui y sont liées, comme les abattoirs et les boucheries. « Lorsque les porcelets naissent, sont élevés et abattus au Luxembourg, les distances de transport sont courtes et nous pouvons garantir un niveau de qualité élevé non seulement de la viande, mais également du bien-être des animaux », indique Claude Loutsch.

Dans les petites exploitations luxembourgeoises, ce ne sont pas des travailleurs bon marché qui s'occupent des animaux, mais des employés ayant bénéficié d'une excellente formation, lorsque ce n'est pas le patron lui-même qui met la main à la pâte. « La production au Luxembourg est soumise à des lois et conditions strictes, qui font également l'objet de contrôles, s'accompagnant bien sûr d'une augmentation de ses coûts. Lorsque les consommateurs achètent des denrées alimentaires régionales, ils contribuent au maintien d'emplois dans la région, ainsi qu'au respect du bien-être animal et des normes en matière d'environnement. »

La « Marque Nationale Lëtzebuerger Schwéngefleesch », qui certifie que les animaux sont nés, élevés et abattus au Luxembourg, est synonyme de courtes distances, de respect du bien-être animal et d'une qualité de viande optimale issue de l'agriculture luxembourgeoise.

Découvrir

d’autres agriculteurs