Nos agriculteurs :

Visite à Kahler

Partager sur facebook
Partager sur pinterest

Lynn Jemming


Des poules pondeuses et des vaches allaitantes de race limousine constituent l'épine dorsale de la ferme gérée en troisième génération par Lynn, Bob et Pol Jemming, avec le soutien de leurs parents Marie-Antoinette et Jean-Marie. À cela s'ajoute la culture de plein champ, laquelle fournit du fourrage pour les animaux de la ferme, ainsi que du blé et de l'épeautre destinés à la production de farine. En 2009, la famille a décidé de convertir son exploitation au bio.

Une grande partie des denrées produites à la ferme située à Kahler sont proposées dans le petit magasin en libre-service sur place, très apprécié des consommateurs, ou sont livrées à des maisons relais (l'exploitation participe au projet « Natur genéissen » du syndicat pour la conservation de la nature SICONA), des restaurants et des hôtels, le tout en vente directe. 

Une partie des œufs est commercialisée par le biais de la coopérative Bio-Ovo et atteint ainsi les étagères de divers supermarchés.

Nourrir le bétail, ramasser les œufs, préparer et livrer les commandes… Ces tâches s'accompagnent de travaux saisonniers tels que la récolte et le transport du foin et de la paille, le contrôle du bétail dans les pâturages, la réparation de clôtures, etc. « Il y a toujours de quoi s'occuper à la ferme », indique Lynn Jemming. Passionnée d'agriculture, elle aime pouvoir mener des projets de sa propre initiative qui font avancer l'entreprise.

Pourquoi privilégier les produits régionaux ?

« Durant la pandémie, les clients se sont de plus en plus tournés vers les aliments produits au Luxembourg. Le consommateur bénéficie d'un accès aux coulisses de la production locale et peut se faire une idée claire de l'agriculture luxembourgeoise. Au final, c'est lui qui décide du type de production qu'il souhaite soutenir lors de ses achats alimentaires. Le Luxembourg est soumis à des conditions strictes en matière de bien-être animal et de protection de l'environnement, qui sont contrôlées chaque année », explique Lynn Jemming. « Le bétail de pâture représente une composante essentielle de la conservation de la nature, du paysage et de l'utilisation de surfaces extensives. Les prairies ne sont exploitables qu'avec l'aide des ruminants et elles stockent du CO2. »

 

La préservation de la nature est une responsabilité qui n'incombe pas uniquement aux agriculteurs, mais également aux consommateurs. En achetant des produits de saison issus de la région, ils peuvent apporter leur pierre à l'édifice.

Découvrir

d’autres agriculteurs